Abdullah, 17 ans, premier alumni de TADA à l’univ’

Abdullah Amezian a été l’un des premiers élèves de TADA. Aujourd’hui, à l’âge de 17 ans, il est l’un des plus jeunes étudiants en sciences économiques appliquées à la VUB. Et son premier semestre a été un succès.

Abdullah a grandi dans un quartier à proximité du parc Maximilien. Il ne vient pas d’une famille aisée. « Ce n’était pas prévu que j’aille à l’université, explique-t-il. Le quartier d’où je viens est un milieu très fermé, on ne se mélange pas beaucoup. »

En 5e primaire, en plus d’aller à l’école traditionnelle, Abdullah commence à aller à l’école du week-end de TADA : « C’est le plus gros coup de pouce que j’ai reçu dans ma vie. J’ai rencontré de nombreux professionnels passionnés venus nous partager leur expérience, comme Guy Verhofstadt. »

« Cela m’a permis d’ouvrir les yeux, poursuit Abdullah. Je voulais devenir footballeur mais à TADA je me suis rendu compte que ce n’était pas pour moi. J’ai aussi pris conscience que, dans la vie, il faut saisir les opportunités qui s’offrent à nous. »

Alors qu’il est en 5e primaire, les profs d’Abdullah lui proposent de passer directement en 1re secondaire. « J’avais des facilités à l’école mais je n’étais pas sûr de vouloir sauter une année. J’avais toujours un petit truc qui me retenait. Je me disais: non, je veux rester avec mes potes. Mais TADA m’a poussé à y aller et, aujourd’hui, je ne regrette pas ce choix ! »

Abdullah étudie aujourd’hui les sciences économiques appliquées à la VUB. « J’aimerais travailler dans la finance, voyager et découvrir différentes cultures », projette-t-il.

Selon Abdullah, « les études, ce n’est pas forcément une question d’intelligence » : « C’est une question de discipline, de savoir se démener, se mettre en contact avec les bonnes personnes, savoir quand il faut travailler et quand il faut se détendre. » « Bref, dans la vie, il faut savoir faire des plannings », conclut le jeune universitaire.

Abdullah a partagé son histoire à La Dernière Heure. « Je pense que ce sont les gens autour de nous qui définissent en grande partie qui on est : si on est avec de bonnes personnes, on fera en sorte d’être quelqu’un de bien », dit-il. Lisez son interview ici.

Share This