TADA lancé dans une course de fond

On emploie souvent cette image: la crise du coronavirus n’est pas un sprint, mais un marathon. Pour traverser une telle crise, mieux vaut apprendre à temporiser. Ce n’est pourtant pas facile, car les inégalités en matière d’éducation ne cessent de croître. Et nous aimerions bien sûr foncer pour les combler!

Départ sur les chapeaux de roue

Ceci dit, nous avons démarré au quart de tour pour répondre à une priorité: garder le lien avec tous les jeunes de TADA et leur entourage. On peut ainsi continuer à les stimuler et à les motiver. Chaque semaine, les coordinateurs pédagogiques contactent les enfants de leur classe par téléphone, les réseaux sociaux, les applications de discussion, etc. Les horaires de travail sont adaptés: il y a des heures qui tombent par rapport au rythme habituel et on recourt au chômage temporaire.

A côté de cela, nous avons rapidement développé ilovetada.be accessible à tous les enfants, en plus du site web qui existait déjà pour les anciens élèves. Les deux plateformes ont été visitées plus de 6.000 fois depuis le confinement.

Éviter de se disperser

TADA a donc privilégié les contacts personnels avec les enfants. Quid de la collecte et la distribution d’ordinateurs portables? Nous n’y avons pas participé activement. Un ordinateur pour chaque enfant ne pallie pas automatiquement les inégalités en matière d’apprentissage. C’est tout au plus une pièce du puzzle, et encore faut-il l’utiliser correctement.

En considérant que fournir de vieux ordinateurs portables soit une solution, on suppose que les enfants et les parents vont s’en sortir pour utiliser du matériel souvent obsolète et des logiciels d’apprentissage parfois complexes. On suppose aussi que les enfants de dix ans vont trouver la motivation d’apprendre via leur ordinateur portable, qu’ils disposent de la place et du calme nécessaire à la maison pour se concentrer, etc.

On a cependant mis en contact des écoles de Bruxelles avec des initiatives bien pensées visant à équiper les jeunes de laptops. Nous-mêmes, on essaie d’intégrer cette pièce du puzzle de façon efficace dans le processus d’apprentissage des jeunes: après trois ans à l’école de week-end, chaque ancien élève reçoit un Chromebook à jour et convivial, avec une formation. Ces dernières années, 436 alumni en ont déjà bénéficié. Nous sommes actuellement en train de configurer les appareils de la nouvelle promotion de 151 jeunes. Ils recevront bientôt leur Chromebook, ainsi qu’un masque.

Trouver le rythme

Après un départ rapide, il s’agit maintenant de doser les efforts pour traverser la crise du corona. De cette manière, on veut garantir l’impact de TADA sur le long terme

En ce qui concerne la récolte de fonds, nous avons travaillé dur ces dernières années pour constituer une réserve. Si nécessaire, nous pouvons y puiser dans les mois à venir. En même temps, il reste essentiel de collecter suffisamment de fonds et d’utiliser les ressources disponibles aussi efficacement que possible. C’est pourquoi nous continuons à développer un plan pour atteindre encore plus de jeunes par le biais de notre impact indirect.

Les écoles du week-end sont en pause: cette année scolaire, nous ne serons probablement plus autorisés à organiser un samedi TADA classique. L’année scolaire prochaine, nous ralentirons la croissance prévue: les nouvelles classes commenceront un peu plus tard et pas toutes au même moment. Ainsi, on repousse dans le temps les activités qui rassemblent les générations et on se prépare au mieux à l’après corona. Bref, on vise à doser nos efforts, non pas pour aller plus vite avec TADA, mais plus loin.

Vous souhaitez nous aider? Inscrivez-vous comme bénévole dès maintenant – à distance pour l’instant et dans la vraie vie pour l’année scolaire prochaine! 😉

Share This