TADA est de retour, et comment!

Pour plus d’un millier d’enfants à Bruxelles, la rentrée scolaire est aussi synonyme de reprise à TADA. A partir du samedi 26 septembre, c’est parti! Dans les semaines et les mois à venir, toutes les classes reprendront au fur et à mesure. Après des mois de préparation, nous accueillerons les jeunes, les intervenants et les bénévoles dans un environnement safe et corona-proof. 

Comment faisons nous cela, au juste?

Avec beaucoup d’envie, un esprit positif et bien sûr dans le respect des différentes mesures. Le samedi, nous divisons chaque classe en deux bulles de quinze enfants au maximum. Une bulle suit deux ateliers le matin et, après le déjeuner, nous accueillons la deuxième bulle pour qu’elle suive les mêmes ateliers. Nous avons divisé chaque bulle en deux autres afin que les intervenants animent des groupes de sept ou huit jeunes à chaque fois. Les différentes bulles ne se croisent pas et seuls les intervenants et les bénévoles déjeunent à TADA. Nous demandons également aux parents de rester à l’extérieur de l’enceinte l’école lorsqu’ils viennent chercher leur enfant.

D’accord, des bulles. Quoi d’autre?

En ce qui concerne l’hygiène, nous sommes également préparés dans les moindres détails. Notre équipe, ainsi que tous les bénévoles et intervenants portent un masque. C’est aussi le cas pour tous les enfants à partir de 12 ans. Pas d’accolade au programme: tous les adultes respectent la distanciation envers les jeunes et chacun se lave les mains avant, pendant et après les activités. Par bulle, nous désinfectons le matériel, les bancs et les chaises à plusieurs reprises. Nos indispensables alumni helpers prennent tout cela en charge. 

L’espace dans l’école n’est utilisé qu’à la moitié de sa capacité et les intervenants ont la possibilité de donner leur atelier comme avant

Bon à savoir: les enfants de moins de 12 ans ne sont pas obligés de porter un masque et peuvent s’asseoir les uns à côté des autres. Nous suivons les mêmes règles que dans l’enseignement traditionnel. 

Tout cela s’applique-t-il aussi au réseau alumni?

Pas de bulles de quinze jeunes dans ce cas-ci, mais les activités sont organisées en plus petits groupes et par commune. Des anciens de Saint-Josse, Molenbeek et Anderlecht ne se croisent donc plus à TADA. 

Et si quelqu’un tombe malade?

Tous ceux qui participent à un samedi TADA viennent en bonne santé. En cas de doute ou en attendant le résultat d’un test, on reste chez soi. Cette règle ne fait pas de distinction basée sur l’âge: elle s’applique aux jeunes et aux moins jeunes – enfants, membres de l’équipe et bénévoles. A tout moment, nous communiquons ouvertement et honnêtement avec toutes les personnes concernées. Et si quelqu’un tombe malade à TADA, nous prenons les mesures nécessaires telle que la quarantaine.

La magie sera-t-elle toujours présente?

Les adaptations abordées ci-dessus portent sur le « comment », tout en conservant le « quoi »: offrir aux jeunes socialement vulnérables des moments d’apprentissage magiques. Ils en ont plus que jamais besoin, après des mois sans activité hors de la maison et très peu d’occupations en général. 

C’est exactement pour cette raison que vous êtes tellement indispensables. C’est ensemble que nous créons ces moments magiques. TADA ne pourrait pas exister sans ses intervenants et ses bénévoles. Alors … à bientôt? C’est par ici pour s’inscrire.

Nous nous réjouissons de vous revoir prochainement. Let’s make some magic happen!

Share This